Prenez de la hauteur et admirez la vue

Avec la rédaction

Vol en parapente avec Bol d'air. @Michel Laurent
Vol en parapente avec Bol d'air. @Michel Laurent
Vol en parapente avec Bol d'air. @Michel Laurent
Vol en parapente avec Bol d'air. @Michel Laurent
Tour d'hélicoptère avec Helimouv. @CD88 - JL
Tour d'hélicoptère avec Helimouv. @CD88 - JL
Tour d'hélicoptère avec Helimouv. @CD88 - JL
Tour d'hélicoptère avec Helimouv. @CD88 - JL
Tour d'hélicoptère avec Helimouv. @CD88 - JL

Qui n’a pas entendu parlé de la «ligne bleue des Vosges» ? Empruntée au testament de Jules Ferry, cette expression désigne le nom de la frontière franco-allemande que surveillaient les Français sous la domination germanique. Une ligne, qui, dans les Vosges, a marqué le destin de milliers de personnes, tantôt arrachées à leur nation, tantôt libérées à la fin de la guerre. Si les stigmates visuels de l’occupation allemande ont été effacés aujourd’hui (sur les crêtes, il reste toutefois des bornes frontières, marquées d’un «F» côté français et d’un «D» côté allemand).

Quand on contemple le massif vosgien aux lueurs de l’aube, on peut clairement distinguer la ligne de sommets se teinter de bleu. L’origine du phénomène ne serait pas symbolique mais scientifique, les arbres expulsant des aérosols tels l’isoprène ou le sabinène, de la même manière que les montagnes Blue Ridge de Virginie. Vous l’aurez compris, le coup de cœur est inévitable.

Pour admirer les paysages, recouverts d’un sublime manteau neigeux en hiver, sous lequel se cache d’immenses forêts de sapins verdoyantes l’été, il faut s’envoler. «Prendre de la hauteur, c’est aussi voir le monde sous un autre angle et mieux comprendre la géographie du lieu que l’on survole», nous explique Edouard Parmentelat, fondateur d’ « Helimouv ». Avec humour, ce pilote d’hélicoptère fait découvrir aux touristes, photographes et curieux, les Vosges de son enfance. Moins d’une minute après le décollage, défilent forêts, tourbières, crêtes, lacs et communes, sous les grandes vitres panoramiques de son Robinson R44. Un vol de 15 minutes laisse le temps de contempler une bonne partie du massif vosgien, du Hohneck en passant par Ventron puis  Gerardmer. Par beau temps, il est même possible d’apercevoir la Forêt Noire et les Alpes suisses. (150 euros les 20 minutes)

Parapente ou montgolfière

Les amateurs de sensations fortes préfèreront quant à eux s’offrir un vol en parapente. A La Bresse, Régis Laurent dirige la première école de parapente des Vosges. Cet ancien médaillé de France de la discipline a créé, il y a 30 ans,  « bol d’air »  qui regroupe aujourd’hui de nombreuses activités en plein air. «Nous vous assurons de vous fournir le plus joli vol possible en fonction des conditions climatiques du moment», promet M. Laurent. (95 euros le vol)

Les plus aventuriers opteront pour un vol en montgolfière. Dans la vallée de la Meurthe, d’avril à octobre, il est possible de s’élever dans les airs, au gré du vent, le temps d’une heure. C’est en effet la direction du vent qui va déterminer le point de destination de la montgolfière, ce qui apporte au voyage son lot de surprises. A Saulcy sur Meurthe, la société « au-gré-du-vent » exerce depuis 1998. Elle a déjà embarqué à bord de sa nacelle des dizaines de milliers de personnes. Mais de là haut, il n’y a plus que les étoiles dans les yeux qui se comptent, elles, par millions. (300 euros par personne)

Liens utiles

Vosges Tourisme : www.tourisme.vosges.fr

En savoir plus sur les Vosges

En partenariat avec