Sur les traces du chamois vosgien

Avec la rédaction

En pleine forêt vosgienne. @Pierre Colin

La Bresse, sa station de ski, ses tourbières, ses sommets, ses…chamois.  Oui, en plein cœur du massif vosgien, entre deux sapins ou dans les vallées, il est possible de distinguer ces herbivores cornés. Pour la petite histoire, ils avaient disparu des montagnes pendant plusieurs siècles avant de faire leur réapparition en 1956. Le 7 janvier de la même année, onze chamois ont en effet été capturés en Forêt Noire pour être relâchés dans la forêt de Ranspach. Grâce à un arrêté préfectoral interdisant la chasse au chamois sur tout le territoire du Haut-Rhin, l’espèce a pu s’acclimater et se reproduire. La réintroduction du lynx a également permis à ces animaux de se disperser, du Markstein jusqu’au Donon. Aujourd’hui, on estime entre 1000 et 1300 spécimens de chamois dans le département des Vosges.

Si, sur le papier, cela peut paraître beaucoup, il s’agit en réalité d’une petite population. Pour les voir, il faut alors saisir sa chance et emporter avec soi son pique-nique et sa plus belle tenue de camouflage. Il existe de réelles astuces pour bien observer les chamois. Des accompagnateurs en montagne emmènent les randonneurs sur les sublimes crêtes vosgiennes pour les aiguiller sur les traces des animaux. Vous ferez une halte sur la mythique route des Crêtes, qui fut créée pendant la Première Guerre mondiale à des fins militaires. Elle consistait en effet à créer une ligne de centres de résistance établis sur la crête et reliés par des voies de communication.

Une randonnée explosive

Aujourd’hui, il ne reste plus que quelques vestiges de la guerre. La route des Crêtes s’est transformée en une véritable fenêtre panoramique. Le Louschbach, la Schucht, le Hohneck, le Markstein…les 18 sommets ne dépassent pas 1400 mètres d’altitude mais offrent des vues à couper le souffle. Avec votre accompagnateur en montagne, partez en fin d’après-midi au pied du Hohneck pour être certain d’apercevoir les bêtes sauvages. Mais surtout, essayez de partir sous une météo tumultueuse. Si cela peut paraître fou, mais c’est le meilleur moyen pour observer les chamois. «Avec le mauvais temps, il y a moins de monde sur les crêtes, on a plus de chance de se retrouver nez à nez avec un chamois. Et, si on a de la visibilité, on en voit plus qu’un jour ensoleillé», explique Jean-Marie Valentin, accompagnateur en montagne pour « cimes et sentiers ».

Pour rassurer les plus sceptiques, le guide chevronné atteste qu’il n’est jamais arrivé que lui et ses groupes ne parviennent pas à débusquer ces petites bêtes à corne.

Liens utiles

Vosges Tourisme : www.tourisme.vosges.fr

En savoir plus sur les Vosges

En partenariat avec